Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Les Geishas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Le Japon en plus grand -> Arts et Traditions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MakkuraMashiro
Shôgakkô ichi nen sei (CP)

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2012
Messages: 15
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Dim 9 Déc - 02:17 (2012)    Sujet du message: Les Geishas Répondre en citant

                    Les geishas



Sommaire :


I- Introduction
II- Histoire
III- Habillement
IV- Le maquillage
V- La coiffure
VI- Accessoires
VII- Mode de vie et carrière



 
  I- Introduction :

Une geisha, est une artiste professionnelle : la connaissance des arts traditionnels, une repartie verbale brillante et la capacité de garder un secret permet à ses derniers de gagner le respect, la confiance et parfois l'amour de leur riches et bien souvent influents clients. Le mot « geisha » peut s’interpréter comme « personne d’arts » ou « femme qui excelle dans le métier de l'art ».
 
          
Les geishas depuis le début de leur existence sont majoritairement présentes a Kyoto, ancienne capitale du Japon.

Du fait de leur lien étroit avec « l'univers du charme » et de la désinformation des occidentaux à leur sujet, les geishas sont souvent prise a tort par ses deniers pour des prostitués. À l'origine, les geishas sont avant tout des dames de compagnie raffinées, mais cette profession, qui remonte au XVIIe siècle, est actuellement en déclin et est ternie par les activités de certaines d'entre elles offrants des services sexuels. Ces deniers sont considérés par leurs consœurs comme des parias. Il est toutefois certain que l'octroi de faveurs sexuelles par la geisha à son client n'a jamais été entendu comme systématique ou allant de soi.




 
 II- Histoire :
La fière geisha de Kyoto préfère être appelée geiko (enfant des arts). Moins confirmée, que son aîné, la maiko, apprentie geisha, n'existe qu'a Kyoto. Il existe quatre enclaves de ces artistes : Gion-kohu, Pontocho, Miyagawacho et Kamishichi-ken ; des spectacles de danse y sont organisés au printemps et à l'automne ; en dehors de ces manifestations, on ne peut admirer l'art des geishas qu'en privé, dans un ryotel une ochaya ou un ryokan (restaurant, maison de thé ou auberge).

Les geishas étaient nombreuses aux XVIIIe et XIXe siècles. Elles existent encore dans le Japon contemporain bien que leur nombre soit en constante diminution : estimé à 17 000 dans les années 1980, il n'est plus que d'environ 200 de nos jours, principalement réunies à Kyōto dans le quartier de Gion. Cependant, grâce à une meilleure communication sur les activités des geishas notamment par la télévision et Internet, le nombre d'apprenties (maiko) a connu récemment une nette augmentation.
 III- Habillement :

Le vêtement des geishas est un kimono de soie décolleté dans le dos surnommé obebe (les couleurs sont différentes selon la saison et l'age de la geisha), le kimono est noué dans le dos par un un obi (large ceinture) aux extrémités pendantes. Cet obi se noue différemment selon l'âge de la geisha. Ce nœud dans le dos distingue les geishas des oiran et autres prostituées, qui nouaient leur obi sur le devant pour pouvoir l'enlever et le remettre plusieurs fois au cours d'une soirée.
La geisha est également habillé de grandes socques (koppori). et un sous-kimono au col brodé. Lorsqu'elles deviennent des geiko a part entière, elles échangent leur col brodé pour un col blanc.

Les kimonos sont fabriqués et peints à la main, ce qui les rend très chers : entre 5000 et 6000 euros pour un bon kimono. De plus, une geisha porte rarement un même kimono plus de trois fois. La garde robe d'une geisha confirmé peut facilement atteindre plusieurs millions d'euros.

 
 IV- Le maquillage :

Le maquillage que l'on associe aux geishas est en réalité celui des maiko.
Le visage est entièrement fardé de blanc, par-dessus une couche d'huile appelée bintsuke-abura.. Autrefois, ce maquillage contenait du plomb, si bien que beaucoup d'anciennes geishas souffraient de maladies et de problèmes de peau. De nos jours, il est à base de poudre de riz.
La nuque est également maquillée de blanc, en laissant apparaître une partie de la peau de la geisha. Les joues, les yeux et les lèvres sont maquillés de rose et de rouge.
Les sourcils et le contour des yeux sont tracés avec un bâtonnet de charbon de paulownia, ou avec du khô. La bouche peut être entièrement teintée de rouge, mais beaucoup de maikos maquillent uniquement leur lèvre inférieure, de façon a avoir un air boudeur.
Au fur et à mesure de leur carrière, elles diminuent la quantité de maquillage ; les geishas de plus de trente ans ne portent quasiment plus de maquillage, sinon dans les grandes occasions.

 
 V- La coiffure :

Les coiffures des geishas sont des chignons traditionnels japonais. Elles sont faites chez un coiffeur spécialisé et doivent tenir une semaine. Afin de ne pas aplatir leur coiffure, les geishas doivent dormir sur un « repose-nuque », le takamakura.

La coiffure typique des maiko est dite en « pêche fendue » (momoware ou wareshimomo) ; il s'agit d'un chignon divisé en deux et au milieu duquel apparaît une étoffe de soie rouge. Les geishas plus âgées portent d'autres types de chignon comme le marumage. Les chignons sont ornés de peignes, ainsi que d'épingles à cheveux nommées kanzashi.
 
VI- Accesoires :

En plus d'un code vestimentaire et esthétique bien précis, la geisha dispose également d'accessoires et d’objets qui lui sont propre.

Parmi les accessoires de la geisha, celui qui lui est le plus significatif est sûrement le shamisen qui est un instrument de musique Japonais. Le monde des geishas vit au rythme du shamisen, instrument à trois cordes originaire d'okinawa. ses geishas qui ne sont pas dans la danse jouent du shamisen ou d'un autre instrument. Les talents de geishas confirmées incitent l'admiration.



Un autre accessoire indissociable de la geisha est le maiougi (éventail de danse). Selon les danses, la geisha peut manier un ou deux
éventails.



          
 

Shimasen


Maiougi   
 VII- Mode de vie et carrière :

Les geishas vivent dans des quartiers réservés, nommés hanamachi , ce qui signifie « ville fleur ». Les hanamachi les plus célèbres de Kyōto sont Gion et Ponto-chō. Elles sont toujours rattachées à une maison de geisha, une okiya, même si elles n'y vivent pas. Les okiya sont des maisons de femmes où très peu d'hommes sont autorisés à entrer. La structure d'une okiya s'apparente à une structure familiale, où la patronne est appelée okāsan, « mère », et où les geishas plus âgées sont considérées comme les grandes sœurs des jeunes.

Les geishas, de nos jours, ont le choix entre deux modes de vie : soit elles vivent dans une okiya, qui leur fournit un logement et des kimonos mais perçoit une partie de leurs gains en échange, soit elles sont indépendantes (jimae) : elles vivent alors dans leur propre logement, et doivent financer elles-mêmes leurs vêtements et leur équipement, mais elles conservent la quasi-totalité de leurs gains. Elles restent cependant rattachées à l'okiya, qui leur sert d'« agence de rendez-vous » et qui perçoit une petite commission en échange.
 

Carier de Ponto-chō a Kyōto









_________________
L'intolérance, n'est autre que l'ignorance; ne fuyez pas le Savoir.
日本が大好き。


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Dim 9 Déc - 02:17 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Le Japon en plus grand -> Arts et Traditions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom